Le saviez-vous ? Le velours côtelé ou milleraies

Couture Création textile Le saviez-vous ? 23 janvier 2012 | Commentaires fermés

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur… sans jamais oser le demander !!!


Alexandra Bizouerne De Fil en Objet

Le thème du jour :     Histoire de tissage… Le velours côtelé : pourquoi milleraies ?

Vous aimez travailler le velours milleraies pour vos jupes d’hiver ? Mais pourquoi milleraies ?
Il existe deux sortes de velours  et j’avais parlé du premier dans ma brève d’avril 2011:
•    Le velours coupé ou velours chaîne
•    Le velours trame qui donne un velours dit côtelé
Parlons aujourd’hui du deuxième, le velours trame :
Le velours trame a une armure reliéfée, que l’on ouvre pour former le poil (l’aspect velours)
Il est aussi appelé velours côtelé ou encore corduroy.
Dans le sens horizontal (sens de la chaîne), ce tissu présente des côtes proéminentes séparées par des lignes plates.

Techniquement, « l’aspect côtelé plus ou moins fin s’exprime en nombre de fils et/ou de duites présents dans le tissu par centimètre, 10 cm ou mètre (en fils de trame). »
Ainsi, plus le nombre est élevé, plus les côtes sont petites et rapprochées les unes des autres.

Le velours milleraies est un fin velours côtelé qui a de la tenue tout en restant souple. Il a des côtes très fines et très rapprochées (environ 600 à 800 raies/mètre). Moins que 1000, mais quand même beaucoup !
Essentiellement en coton, il se prête parfaitement à la réalisation de pantalons, de jupes, robes, vestes, col de chemises etc…

En poids intermédiaire, vous pourrez aussi entendre parler de velours 500 raies, velours côtelé à côtes moyennes.
Et puis vient le poids supérieur, avec des velours lourds à très grosses côtes (pour le pantalon gentleman farmer !)

Schéma provenant de http://textilenotions.blogspot.com

Velours côtelé milleraies de  la tissuthèque couturecréative.eu

Ça c’est un peu technique et ça parle à celles et ceux qui se sont essayé au tissage ou font l’analogie avec le tricot !
Pour les autres, de façon imagée, imaginez un peigne : plus le peigne est fin, plus vous avez de dents par cm. Et imaginez que vous mettiez des fils entre les dents ; plus le peigne est gros, moins vous aurez de dents et de fils par cm et ces fils seront de plus en plus gros.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : ,

Les Commentaires sont fermés.